Une histoire d’apocalypse

▴ Rencontre avec Chems, Mehdi et Carlos

[2019] C’est l’histoire d’une journée apocalyptique dans MéroWiels, un quartier du sud de Bruxelles. Mehdi, Chems, Youssef, Bilal et Kenz sont les auteurs de cette histoire, cousue séquence après séquence les mercredis après-midis pendant près de six mois à la Maison de Quartier Saint-Antoine, aux côtés de Nadia Tarkhani (alors animatrice là-bas) et avec la complicité d’un groupe de séniors de Miro*. Le résultat de ce travail, un roman-photo de 36 pages, a été sélectionné parmi les 8 coups de cœur du jury lors du Parcours d’Artistes Forest en 2018, et sera présenté au BRASS en juin.
Mehdi et Chems, 14 ans, reviennent sur cette fiction, en compagnie de Carlos, qui, comme eux, est l’un des personnages de « Seuls dans MéroWiels ».

Carlos nous accueille chez lui avec du café, du coca cola et des pâtisseries roses. Du haut de ses 88 ans, il est fier d’évoquer le travail entre photographie et BD auquel il a contribué. Dans un premier temps, Carlos avait été déconcerté de faire connaissance avec cette jeunesse du quartier, qui ne ressemblait en rien aux jeunes de son village d’origine, en Flandre. « Chez moi, il y avait des fanfares, des théâtres, toutes sortes d’activités auxquelles les jeunes d’ici n’ont pas l’habitude d’aller. » De leur côté, quand on leur a proposé de travailler avec des anciens, Chems et Mehdi n’étaient pas non plus ravis. « On s’attendait à un truc vraiment ennuyeux », raconte Mehdi.
De fil en aiguille, d’avancée scénaristique en session de prises de vues, les juniors et les séniors firent connaissance, et la mayonnaise prit.

Avant d’attaquer les pâtisseries, ils refont le déroulé de l’histoire qu’ils ont imaginée ensemble.

 

* * *

SÉQUENCE 1. Intérieur jour.

Chems, Mehdi et leurs amis jouent avec un pétard. Le pétard explose, casse une table. Leur éducateur, en guise de punition, leur demande de nettoyer la cave.

 

SÉQUENCE 2. Local des anciens, intérieur jour.

Les anciens sont devant leurs ordinateurs. Ne supportant plus les jeunes d’aujourd’hui, leur immaturité, leur addiction aux téléphones, ils tentent un piratage informatique pour « récupérer la jeunesse des jeunes et la mettre sur eux ». Survient un problème informatique, puis une secousse, type tremblement de terre. Suite à cette secousse mystérieuse, tout le monde a disparu dans la ville, à part le groupe de vieux et les cinq jeunes à la cave.

 

SÉQUENCE 3. Intérieur cave.

Chems et ses amis s’interrogent, appellent leur éducateur qui ne répond pas. Ils sortent, marchent un peu dans le quartier, derrière le BRASS, au bord du marais… Pas un chat. Ils sentent des odeurs de nourriture provenant du local des séniors, entrent, bavent, et dévorent les plats chauds qui trônaient sur la table. Carlos, Joséphine et leurs camarades du troisième âge les entendent et découvrent avec effroi que leurs assiettes ont été vidées par des jeunes inconnus.

 

SÉQUENCE 4. Intérieur jour.

Youssef entreprend de résoudre le bug informatique généré par Carlos, qui de toute évidence, s’était trompé dans le codage. Tout le monde est content, les jeunes apprennent à Joséphine à faire des dabs**. Tout à coup, le temps fait marche arrière : les jeunes et les vieux se retrouvent dans la situation dans laquelle ils étaient quelques heures auparavant, comme si rien ne s’était passé. Les jeunes sont de nouveau occupés à ranger la cave et tout a l’air d’être revenu à la normale… (À suivre !)

 

* * *

 

Une fois ce résumé mené à son terme, Carlos a remballé son air dubitatif sur la jeunesse d’aujourd’hui : « Vous voyez que les jeunes ont une capacité d’invention, un côté spirituel ! ».

*Miro : Lieu qui a pour mission d’améliorer la vie des séniors du quartier. Situé rue de Mérode, à deux pas du BRASS.
**Mouvement de danse super simple et super à la mode. Si interressée.e, cf tutos Youtube.

▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴

« Seuls dans Mérowiels », un projet de la Maison de Quartier Saint-Antoine
Les jeunes : Youssef, Mehdi, Bilal, Ikram, Chems et Kenz.
Coordination et photos : Nadia La Caméléon
Graphisme : François Zachary