Les Résidences Partagées* sont un projet de résidences artistiques menées avec des habitant.e.s de la commune de Forest.

3 artistes questionnent des habitant.e.s, se mettent l’écoute de leurs histoires (notamment sur leur manière d’habiter ce territoire), abordant en filigrane les enjeux de société qui s’y nouent.

Les résultats de ces résidences partagées seront montrés au BRASS et dans la commune de Forest en mai 2021.

*Dans le cadre de l’appel à projets Un Futur pour la Culture financé par la Fédération Wallonie-Bruxelles

▶︎ MEMORY & FOREST, de Sarah Cordier

Le projet « Memory & Forest » fait découvrir, de manière ludique et interactive, la richesse du patrimoine forestois et l’évolution de la commune au fil du temps : par un jeu qui associe photos anciennes / actuelles et témoignages d’enfants, adolescent.e.s et seniors.
 
Pour ce faire, plusieurs visites guidées dans différents quartiers de Forest sont programmées, avec la possibilité exceptionnelle de visiter deux édifices appartenant au patrimoine Art Déco : l’hôtel communal de Forest (en chantier de rénovation) et le sommet du clocher de l’église Saint-Augustin (Altitude 100), qui offre une vue imprenable sur Forest.
 
Le jeu de Memory géant, qui sera fabriqué par un artiste ébéniste, sera utilisé lors de plusieurs événements en extérieur : Park Poetik, Vis-à-Vis etc.

▶︎ MUSÉE D’ARCHÉOLOGIE DE FOREST, de Marilyne Grimmer

Le travail de Marilyne Grimmer, souvent ludique et teinté d’humour, mêle projets photographiques participatifs (notamment son projet de téléportation Postcards from elsewhere / Bons baisers de Forest), scénographies pour le théâtre et installations avec le collectif Répondeur automatik.
Dans le cadre des résidences partagées avec le BRASS, elle propose aux habitant.e.s de Forest de créer « le Musée d’archéologie de Forest ». L’idée : composer une drôle de collection d’objets précieux. Pas les objets les plus brillants ou clinquants, mais les objets chers au cœur des gens.

« Avez-vous un objet qui vous est précieux ? Quelque chose que vous avez gardé avec vous tout au long de votre (plus ou moins longue) vie, de déménagement en déménagement, de maison en maison ? Un objet qui passe inaperçu, mais dont vous ne pouvez pas vous séparer, auquel vous tenez énormément ?

Un objet-porte-bonheur ?

Un objet-compagnon ?

Un objet qui ne sert à rien ?

Un vieux doudou usé ?

Un caillou offert par un être cher ?

Quelque chose que vous avez fabriqué vous-même et dont vous êtes fier.e ?

Un coquillage trouvé à l’autre bout du monde?

Une cruche cassée? 

La vieille tasse fêlée de la grand-mère ? 

Si vous pensez à quelque chose, que vous ayez 5 ou 92 ans, contactez-moi ! (d’ici au 1er avril) Je viendrai écouter son histoire et le photographier pour qu’il constitue une partie de la collection du Musée Archéologique de Forest. »


▶︎ DES REFUGES de Deborah Kempczynski

Partant du constat qu’on est tous.tes – à des degrés très divers – secoué.e.s et touché.e.s par les ressacs de l’onde de choc de la crise sanitaire, Déborah créera un livre avec les participant.e.s : un journal collectif qui se déplie, un recueil de refuges comme autant de remèdes pour relier les solitudes.

Par le biais de rencontres, d’ateliers d’écriture, de photographie et de collage, elle récoltera des récits d’habitant.e.s en partant de jeux de mots autour des notions de refuge – repère – repaire – abri – asile – oasis – fuite – grotte – remède…

Le travail socio-artistique de Deborah Kempczynski se situe à la frontière entre le documentaire et la poésie, le réel et l’imaginaire. C’est aussi un collage, créé à partir d’une collecte de vécus qui, reliés ensemble, dessinent un horizon commun et font entendre une parole collective qui prend sa source dans une diversité de voix. C’est donc toujours sur le mode de la polyphonie qu’elle conçoit l’art participatif.